current
1 place du Bourg - 22220 TREDARZEC 02 96 92 31 71

Mairie de Trédarzec

Site officiel de la mairie

Les moulins

Localisation géographique des différents types de moulins.

Beaucoup de lieux dits sont relatifs à des noms de moulins. La plupart de ceux ci-ont aujourd'hui disparus ou ont été notablement restaurés. Il s'agissait souvent de moulins a eau disséminés par par ci et par là le long des nombreux cours d'eau, quelquefois des moulins à marée, ou encore de moulins à vent. Revenons un peu sur leur histoire et sortons les de l'oubli.

Pour situer le nombre important de moulins dans notre région, on dénombrait sur le seul territoire de Lannion Trégor Communauté qui va du Trieux à l’est jusqu’au Douron à l'ouest (limite avec le Finistère), près de 380 moulins de tous types dispersés au sein des 57 communes  concernées, dont 340 moulins à eau, une douzaine de moulins à marée et un peu moins de 30 moulins à vent.

localisation moulinsLocalisation des moulins (Commune de Trédarzec)La localisation des moulins de Trédarzec est indiquée sur la carte ci-contre : Me = moulins à eau , Mm = moulins à mer, Mv = moulins à vent.

 

Moulins à eau.

La forte densité de moulins à eau dans le Trégor est due au fait que ce territoire présente un chevelu hydrographique très dense qui induit aussi un habitat assez dispersé : les moulins à eau du Trégor se répartissent sur quatre fleuves (le Léguer, le Jaudy, le Yar et le Trieux), 4 rivières, 27 ruisseaux et tous leurs affluents. 

Trédarzec quant à elle est bordée par les parties maritimes du Jaudy et du Bizien, et irriguée par plusieurs ruisseaux:

Ces ruisseaux sont du Nord au Sud  :

  • Se jetant dans la Manche :
    • le Kerguiniou dont la plus grande partie se situe sur Kerbors (embouchure à la limite de Kerbors et Pleubian),
  • Se jetant dans le Jaudy :
    • le Vir entre Trédarzec et Kerbors,
    • 2 ruisseaux au Carpont et à Kersalaun
    • Le Durzunel dans les Jardins de Kerdalo
    • Le Kerguézec passant à Lanvesq et débouchant à Traoumeur
  • Se jetant dans le Bizien :
    • Le ruisseau de Horhant à Trohadiou
    • Le Douron (ou Zant Douron) limitrophe entre Trédarzec et Pleumeur Gautier

Les plus importants de ces ruisseaux ont permis l' implantation de moulins à eau :

  • Sur le Vir : Le Moulin de Pont Bégou situé juste à droite de la RD 20 (En 2021, c'est une maison d'habitation)
  • Sur le Kerguézec (de l'amont vers l'aval) : les moulins de Kerguézec, du Verger, du Launay et de Milin Lescop,
    • le Moulin de Kerguézec situé à proximité du manoir de Kerguézec,
    • le Moulin du Verger au niveau de l'impasse du Verger actuelle (établissements Coccinelle)
    • Le Moulin du Launay : emplacement de l'actuel garage Lasbleiz,
    • Le Moulin Lescop : emplacement de l’ancienne Tannerie.

Sur l'extrait du cadastre napoléonien ci-dessous datant de 1828, on trouve l’emplacement exact des 4 moulins à eau sur le ruisseau « Le Kerguézec ». (Les petits rectangles verts sont des routoirs, en grand nombre à l'ouest de la Chapelle de Traou-meur et à proximité du Moulin du Verger)

moulins sur kerguézec

 

Moulins à marée.

Ils étaient installés au fond des baies ou des anses : les marées y montaient deux fois par jour. À la marée montante, l'eau entre au fond des criques, emplit un réservoir qui se ferme. À la marée descendante, le meunier ouvre les vannes et l'eau de mer fait tourner les roues du moulin.

Les moulins à marée ont fait leur apparition au XIIe siècle en France. La Bretagne possède plus des deux tiers des moulins à marée du littoral français et même près des trois quarts si l'on considère la Bretagne historique. soient 138 moulins. Les Côtes d'Armor en possèdent 29. Une grande partie (17) est localisée sur le littoral de Paimpol à Plestin-les-grèves, dont 2 sur Trédarzec  (sur le Jaudy) :

  • Le Moulin du Carpont . Le restaurant l'Abri des Barges  situé au Moulin du Carpont a fermé ses portes en 2019.
  • Le Moulin de Traou Meur. Ce lieu est devenu depuis plusieurs dizaines d'années un commerce de vêtements marins réputé : la Coper Marine.

Moulins à vent.

Et enfin sur le littoral du Trégor Goélo, où la force du vent est la plus importante, on dénombrait une trentaine de moulins à vent. La commune de Pleubian était la commune du département des Côtes du Nord qui possédait le plus de moulins : 9 moulins y ont été repérés sur le cadastre napoléonien (1828) .

Trédarzec en possédait 2  aujourd'hui disparus :

  • Le mouiln de Crech Urustal,
  • Le moulin de Crech Choupot.

Histoire et économie.

Une société féodale : le moulin au centre d'un microcosme.

Depuis des temps immémoriaux, les moulins sont propriétés des seigneurs : il en est ainsi, à Trédarzec des moulins du Carpont, de Kerguézec, du Verger qui appartenaient aux seigneurs du même nom,  de même le Moulin Lescop appartenait à l’Évêque de Tréguier. Le droit seigneurial en Bretagne est rattaché à un ensemble de droits fiscaux et judiciaires dont certains sont liés à la construction et au fonctionnement des moulins. Ainsi la "banalité" permet d'imposer aux habitants l'usage de ses installations banales, c’est à dire son four, son moulin, son pressoir etc. Le seigneur avait l’obligation d’entretenir (corvée souvent confiée aux paysans) et de mettre à disposition des habitants ses banalités mais il percevait une redevance sur leur usage. Les moulins étaient des sources importantes de revenus pour les seigneurs via la taxe sur la mouture.

moulin enluminure« Les habitants sont tenus d’aller au moulin de leur seigneur. Dans un rayon d'une lieue [4.66 km], ils sont tenus de venir faire moudre leurs grains. Le meunier leur retient 1/16 de la mouture. Chacun attend normalement un jour et une nuit » (Coutume de Bretagne)

 

L’obligation des habitants d'utiliser le moulin en fait un lieu central. Tout le monde se rend au moulin quelque soit le rang social, l’âge, le sexe, tous ont besoin de farine quotidiennement pour le pain. Le moulin est un lieu de rencontre et de sociabilité. C’est un pôle où convergent les habitants, le grain et donc les chemins, et d’où émane la mouture redistribuée. Tout comme les centaines de manoirs présents sur le Trégor, les moulins faisaient donc aussi partie d’un microcosme économique et social défini par la féodalité.

A la Révolution, le meunier perdit les avantages du régime seigneurial, notamment les bénéfices d’une clientèle forcée qu’il taxait lorsqu'elle tentait d’échapper à son emprise. Devenant néanmoins propriétaire du moulin, désormais il devait aller chercher lui-même le grain chez les paysans qui voulaient bien le lui confier. Dans le Trégor comme ailleurs, les moulins sont confisqués aux nobles et au clergé puis sont vendus comme "biens nationaux". Des négociants achètent des moulins, des maisons, des terres etc. Mais les paysans en achètent aussi un grand nombre.

Évolution de l'activité meunière à Trédarzec.

La situation est stable jusque 1850, les moulins se répartissent entre :

  • 2 moulins à vent : Crech Urustal le et Crech Choupot,
  • 6 moulins à eau : Pont Bégou, Kerguézec, Verger, Launay, Lescop et Kerduault.
  • 1 moulin à mer : Carpont.

La famille du meunier était hébergée dans le moulin lui-même sauf pour le moulin de Kerguézec où le meunier faisait partie du personnel du manoir tout proche.

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, 2 évènements majeurs vont bouleverser le monde de la meunerie à Trédarzec :

  • La construction d'une minoterie à Traou Meur,
  • L’utilisation de la force hydraulique des moulins pour teiller le lin.

Édification du moulin de Traou Meur

L’édification du moulin, ou plutôt de la minoterie, de Traou Meur intervient dans les années 1850. Les autres moulins dont la construction remonte aux 17ème ou 18ème siècle, voire avant sont des affaires familiales. En 1856, l’Empereur Napoléon III, rétrocède à LE GOASTER, négociant à Tréguier, le domaine maritime de l’anse du ruisseau de Traou Meur (ou Kerguézec) qui descend de Trédarzec. Une retenue d'eau de plus de 2 hectares délimitée par 2 digues servant à alimenter le futur moulin est aménagée. François Le BARZIC , propriétaire du Moulin de l’Évêque (Moulin Lescop) à l’extrémité de l’anse est vigilant car il est important que la hauteur d’eau de la retenue à construire ne contrarie pas le fonctionnement de la roue de son moulin.

moulin traoumeurLa taille du bâtiment est impressionnante  : 27 m de long, 11,50 de large et haute de 5 niveaux plus un comble, 60 fenêtres. En fait contrairement aux autres moulins de la commune, il s'agit ici d'une minoterie. Cette minoterie fonctionne jusqu'à la veille de la deuxième Guerre Mondiale avant de devenir une coopérative agricole ; dans un premier temps : La Semeuse, société coopérative agricole de céréales puis la Rochoise. Les 5 niveaux de plus de 300 m² permettent de stocker de grandes quantités de céréales, trop sans doute puisqu’un jour les planchers s’écroulent, nécessitant une réparation par empoutrement en rails IPN (Poutrelle I à Profil Normal) et poteaux béton pour renforcer les poteaux bois existants.

Roger PERROT, encore armateur de bateau sablier, l’acquiert en 1972, pour y établir le magasin que nous connaissons actuellement, toujours quasiment dans son jus, excepté une petite extension et le bardage de l’aile Est.

tannerieComme déjà dit plus haut, jusque vers 1850, le nombre de moulins ne baisse pas, restant autour de 10. L’arrivée de la minoterie de Traou Meur va bousculer le paysage de la meunerie, notamment avec la disparition de l'activité meunière des 2 moulins à vent de la commune (Crech Urustal et Crech Choupot) et surtout du Moulin Lescop, le plus proche de la minoterie qui va devenir, dès 1880, le siège d’une tannerie, propriété de la famille LE CARVENNEC , bien connue à Trédarzec , tannerie qui fonctionnera jusque dans les années 1960. L'un des membres de cette famille, Yves LE CARVENNEC, sera maire de Trédarzec entre les années 1960 et 1980.

La Tannerie (ex Moulin Lescop)

Les moulins deviennent des teillages à lin

Le Trégor fut, dès le 15e siècle et pendant quatre cent ans, rythmé par l’activité linière. Ses sols riches favorisent la croissance du lin. Suivent le rouissage, et le blanchiment des fils, puis le teillage. Au 19ème siècle, la force hydraulique du moulin est utilisée pour mettre en mouvement des appareils séparant les différents composants des tiges de lin afin de séparer le bois de la fillasse utilisable directement par l’industrie. Dans le Trégor, le teillage mécanique et hydraulique faisait vivre 1 500 ouvriers qui travaillaient dans environ 70 teillages, alimentés par les récoltes en lin de 5 000 cultivateurs. Aux côtés des routoirs, des granges et des magasins à grains, les moulins commis au teillage du lin font partie de ce patrimoine économique. Cette activité a marqué l’identité du Trégor et l’évolution de certains moulins.

A l’instar du meunier, le teilleur est désormais rattaché aux moulins du Trégor, comme en témoigne la quantité importante de teilleurs référencés dans le Trégor en 1953.

teillageMachine à teiller manuelleA Trédarzec comme ailleurs, certains moulins évoluent donc vers une activité de teillage. Ce sera le cas :

  • du Moulin du Launay : notamment Yves Marie LASBLEIZ qui va y exercer une activité de teillage pendant quelques années vers 1900, avant de se tourner vers le métier de charron, avec au début un outillage mu par la force hydraulique. Ses descendants en feront un atelier de réparation de véhicules (Garage LASBLEIZ).
  • du Moulin du Verger : Pierre ROPERS (père puis fils) de 1900 à 1930 et Eugène LE GRATIET de 1930 à 1950 y tiendront un atelier de teillage important avec de nombreux employés. Sur son emplacement, on trouve maintenant le siège du fleuriste à l'enseigne bien connue dans le secteur : Coccinelle.

Les autres vont tout simplement cesser leur activité (la plupart vers 1910) et devenir des maisons d’habitation. A priori, seul le Moulin du Carpont continuera son activité la première moitié du 20ème siècle. Certains bâtiments ont complètement disparus : les 2 moulins à vent, le moulin de Kerguézec.

Les familles de meuniers, teilleurs, tanneurs.

Tout ce monde de la meunerie traditionnelle a aujourd’hui disparu. Il nous reste des traces matérielles avec des bâtiments, mais aussi des souvenirs de patronymes que l'on retrouvait d'un moulin à l'autre à l'échelle d'une commune. La meunerie reposait en effet sur quelques familles liées par des liens de parenté. Les patronymes suivants étaient les plus fréquents : LE BRAZIC (ou BARZIC), LE GAYIC, GUYOMARD, LE CHAFFOTEC, TASSE (ou THAS), LE GONIDEC, LOUEDEC.

Ci-dessous quelques noms, associés aux dates, extraits des recensements entre 1836 et 1936 .

Moulin de Pont Bégou :

  • 1836 -1846 : Conjoints Jouan CHAFFOTEC & Marie NEDELLEC
  • 1856 : Marie NEDELLEC & son fils François CHAFFOTEC

Moulin du Carpont :

  • 1836  & 1841: Jean-Baptiste & Jeanne-Yvonne LE GAYIC (frère & sœur) employant 5 meuniers
  • 1846 : & 1856 : Conjoints Yves LE BRAZIC/Jeanne Yvonne LE GAYIC employant 5 meuniers
  • 1861 à 1891 : Conjoints Jean Louis FEUTREN/Marie-Anne MORVAN (1er mariage) puis Marie-Perrine GRAVIOU (Second mariage)
  • 1901 : Conjoints François LE DAUPHIN/Marie-Rose ROPERS

Moulin de Kerguézec (dépend de la ferme du même nom exploitée par Yves LE QUELLEC et son épouse Marie Yvonne TILLY)

  • 1836 : Jean Marie LE BASTARD garçon meunier
  • 1846 : Jean COLIN garçon meunier
  • 1872 : Yves GUYOMARD garçon meunier
  • 1881 : Pierre GUYOMARD garçon meunier
  • 1886 Jean KERLEAU garçon meunier (chez Marie-Yvonne TILLY veuve LE QUELLEC)

Moulin du Verger (Teillage à partir de 1901)

  • 1901 & 1911 Conjoints Pierre ROPERS père / Jeanne Marie LE GOFF (Teillage employant plusieurs teilleurs)
  • 1926 : Conjoints Pierre ROPERS fils / Anne-Marie DIAGON (Teillage employant plusieurs teilleurs)
  • 1936 : Eugène LE GRATIET (Teillage employant une dizaine d'ouvriers teilleurs)

Moulin Launay : (Teillage à partir de 1901) :

  • 1901 : Conjoints Yves Marie LASBLEIZ / Françoise COADOU

Moulin Lescop : (Tannerie à partir de 1881)

  • 1836 & 1846: Conjoints François LE BRAZIC / Marie Jeanne GAYIC
  • 1881 : Marie Jeanne GUILLOU veuve LE CARVENNEC ( Tannerie )
  • 1886 & 1891 : Marie Jeanne GUILLOU & son fils Jean LE CARVENNEC (Tannerie)
  • 1901 à 1926 : Conjoints Jean LE CARVENNEC / Émilie CONNAN (Tannerie)
  • 1936 : Leur fils Yves LE CARVENNEC (Tannerie)

Moulin de Traou Meur :

  • 1881 : Octave BOUCHARD Minotier Contremaître encadrant 6 meuniers
  • 1886 : Louis LE GOASTER Chef Minotier encadrant 5 meuniers
  • 1891 : Charles GUILLOU Employé avec 5 meuniers

A partir de 1911, on ne trouve plus à Trédarzec qu'un moulin à farine traditionnel (Le Carpont), la Minoterie de Traou Meur, les Teillages du Verger (ROPERS puis LE GRATIET) et du Launay (LASBLEIZ) et la Tannerie LE CARVENNEC (ex Moulin Lescop)

Mairie de Trédarzec

1 Place du Bourg

22220 TREDARZEC

GPS : 48.7890772, -3.206033

02 96 92 31 71

Horaires d'ouverture

Lundi : 9:00-12:00
Mardi : 9:00-12:00
Mercredi : 9:00-12:00
Jeudi : 9:00-12:00
Vendredi : 9:00-12:00
Samedi : 9:00 - 12:00